Journal

Festival « BE Classique ! » au Centre Wallonie-Bruxelles – Des Amériques à l’Allemagne

Irremplaçable outil de la vie culturelle de la Belgique francophone à Paris depuis son ouverture en 1979, le Centre Wallonie-Bruxelles s’est immédiatement imposé lorsque la Fédération Wallonie-Bruxelles et Wallonie-Bruxelles Musiques (agence publique spécialisée dans le soutien à l’exportation du secteur musical) ont ressenti le besoin de lancer « BE Classique ! » en 2015, un festival qui se définit comme « la biennale de la musique classique belge francophone à Paris ».

Lionel Larue, musicologue de formation, est directeur du service Musiques au sein de l’administration générale de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Pour les Belges francophone, la France est la première terre d’exploration et d’exportation pour les musiciens, rappelle-t-il. Il est logique de programmer du théâtre, de la danse, des musiques non classiques (qui sont également du ressort de Lionel Larue à la FWB, ndr) au Centre Wallonie-Bruxelles, mais aussi de la musique classique. Depuis 2015, l’un des temps forts de la saison est désormais constitué par le festival « BE Classique ! » ; il concentre six concerts sur trois jours, à raison de deux rendez-vous d’une cinquantaine de minutes par soirée. »

Le but des initiateurs « BE Classique ! » est évidemment d’accueillir les mélomanes, mais aussi d’attirer des professionnels (programmateurs, organisateurs, etc.). Sur ce plan, rien d’un hasard si la manifestation se situe juste avant le démarrage du Salon Musicora à la Villette (du 28 au 30 avril), au cours duquel L. Larue participera aux rencontres professionnelles de la FEVIS (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés), qui comporte depuis quelque temps une branche belge.

Le Duo Solot (Pierre Solot & Stéphanie Salmin) © www.duo-pianistes.com

« La programmation du festival, explique L. Larue, résulte du choix d’un jury d’une dizaine de professionnels qui se réunissent pour désigner les artistes et ensembles invités. Comme pour la première édition, la variété dans les époques et les instruments nous guide. »
Un grand voyage à travers les l’histoire, les genres et la géographie se profile du 25 au 27 avril : l’octuor de violoncelles Ô-Celli ouvre la marche dans des d’arrangements de pages de J. Strauss fils, Stravinski, Piazzolla et Marquez. Avec ces deux derniers auteurs apparaît un fil rouge – résultat non d’un choix thématique de organisateurs mais du hasard dans la juxtaposition des programmes – autour des Amériques. Le Duo Solot (piano à quatre mains) qui partage la première soirée avec Ô-Celli, regarde pour sa part du côté des Etats-Unis et interprète la transcription à quatre mains (par Dvorak) de la Symphonie « du Nouveau Monde » et quelques pièces de Joplin et Gershwin.

Tandem 66 poursuit le lendemain avec une « épopée musicale et visuelle à travers les Etats-Unis » mêlant des pièces de Gershwin, Desmond, Joplin, Bernstein ou Duke Ellington à des vidéos ramenées par Julien Ellouet(clarinette) et Xavier Locus(piano) d’un périple de plus 6000  km à vélo outre-Atlantique en 2014. Au terme de la deuxième soirée, le Trio Soledad fait place, comme on pouvait s’y attendre, à l’Argentine (Matos Rodriguez et Piazzolla), mais aussi à Prokofiev, Franck ou Ravel.

Le concert de clôture retrouve définitivement l’Europe et rappelle en outre combien la Belgique est depuis longtemps une terre propice à la musique ancienne et aux instruments d’époque. Le Quatuor Dialogues (formation pour hautbois et cordes fondée en 2010 par la hautboïste Vinciane Baudhuin) occupe la première partie et s’allie au pianofortiste Ewald Demeyere dans ce constituera assurément une découverte pour nombre d’auditeurs : une transcription signée Christian Friedrich Gottlieb Schwencke (1767-1822) – le successeur de CPE Bach au poste de Cantor de Hambourg – de la Sérénade pour vents « Gran Partita » KV 361 de Mozart.
Déjà présent lors de l’édition 2015, l’excellent ensemble Les Muffatti (photo) – un clin d’œil à Georg Muffat (1653-1704), musicien européen s’il en fut – referme le 2ème Festival sur un séduisant programme Graupner, Telemann (Suite « La Bizarre ») et Bach (la 3èmeSuite BWV 1068).

Alain Cochard

logo signature article

Festival « BE Classique ! »
25, 26 & 27 avril 2017 – 20h
Paris - Centre Wallonie-Bruxelles (46, rue Quincampoix - 75004)
www.cwb.fr/programme/be-classique-2e-editions
 
Photo Les Muffatti © DR

Partager par emailImprimer

Derniers articles