Journal

Fin de saison du Centre de Musique de Chambre de Paris à la Salle Cortot – Découvertes et bonheurs printaniers – Compte-rendu

L'amour du répertoire chambriste et du dialogue musical forme l’essence même du projet mis en œuvre par Jérôme Pernoo et son équipe à la salle Cortot. Depuis le démarrage du Centre de Musique de Chambre à l’automne 2015, le mélomane a eu bien des occasions de découvrir des programmes variés, servis par de jeunes interprètes, les uns déjà bien repérés, les autres moins. Le programme de clôture de la saison 2016-2017 aura ainsi permis de faire une très belle découverte avec Florian Hille (photo à g.). Le jeune baryton-basse a étudié dans son Allemagne natale ( à la Hochschule für Musik Hans Eisler de Berlin, avec Alexander Vinogradov et Wolfram Rieger), puis au CNSM de Paris (avec Elène Golgevit et Anne le Bozec) et se perfectionne encore à la Haute Ecole de Genève auprès de Christian Immler.

Il se produit à Cortot, accompagné avec sensibilité par Bianca Chilemmi (photo à dr.), une disciple de la merveilleuse Anne le Bozec, dans le Winterreise de Schubert ; une moitié du cycle seulement (les douze lieder allant de Die Post à l’ultime Der Leirmann ) – le premier volet de la soirée est toujours bref au Centre de Musique Chambre.(1) On regrette de ne pas entendre la totalité de l’ouvrage, mais c’est en tout cas largement assez pour juger des qualités de F. Hille. Une voix tout à la fois riche et claire, jamais charbonneuse dans les graves, d’une remarquable homogénéité. Magnifique instrument pour une interprétation d’une sobriété habitée, que l’artiste cultive grâce à la complicité attentive de B. Chilemmi. Le refus de l’emphase, le naturel et la simplicité avec lesquels F. Hille distille les mots et cerne le caractère de chacun des poèmes rendent impatient de retrouver sur scène un chanteur à suivre de près.

© Centre de Musique de Chambre de Paris

Seconde partie de soirée toute brahmsienne : Shuichi Okada (violon), Eva Zavaro (violon), Manuel Vioque-Judde (alto), Violaine Despeyroux (alto), Bumjun Kim (violoncelle), Elisa Huteau (violoncelle) et Clément Lefebvre ( piano) sont réunis. La 5èmeDanse hongroise, pleine de chien sous l’archet d’Okada, ouvre le programme, suivie – enchaînement bien trouvé – par le Rondo alla zingarese conclusif du Quatuor avec piano op. 25 n°1, d’une ardeur et d’une saveur auxquelles nul ne résiste.  

Ample, intensément lyrique et richement timbré, l’Intermezzo op. 117 n° 2 par C. Lefebvre – pianiste à suivre, on vous l’a déjà dit (2) – offre un bel intermède poétique et prélude au morceau de résistance du programme, le 1erSextuor, qui rassemble tous les archets précités. Debout (pour les violons et altos) et tous sans partition : la règle que J. Pernoo impose fait une fois encore des merveilles. Les musiciens s’emparent de l’ouvrage avec un souffle et une liberté magnifiques. « Sextuor du Printemps » : le titre donné à l’Opus 18 paraît on ne peut plus justifié dans cette interprétation rayonnante de jeunesse et de belle complicité.

Pour conclure, on n’oublie pas le « Freshly composed » proposé comme de coutume au Centre de Musique de Chambre entre les deux volets de la soirée. J. Pernoo a convié Emile Sécheret (17 ans), l’un de ses élèves violoncellistes, qui nourrit aussi une passion pour la composition (il étudie avec Stéphane Delplace, présent dans l'assistance). Silhouette longiligne surmontée d’une tignasse blonde, l’apparition au piano du jeune homme aura été brève mais, pas de doute, il manifeste déjà un langage personnel et un sens affirmé de la couleur harmonique. Sécheret est de ceux qui n’éprouvent pas le besoin d’écrire « désagréable » et gris souris pour se donner l’air inspiré. Laissons le temps faire son œuvre – et ... retenez déjà son nom !

Alain Cochard

logo signature article
(1) Les douze premiers numéros du Winterreise ayant occupé une autre série, du 9 au 17 mars
(2) Lire le CR : www.concertclassic.com/article/clement-lefebvre-et-le-quatuor-abegg-aux-pianissimes-le-peps-et-la-tendresse-compte-rendu

Paris, Salle Cortot, 24 mars 2017
 
Photo © Centre de Musique de Chambre de Paris

Partager par emailImprimer

Derniers articles