Agenda

    Juan Diego Flórez ténor
    Aida Garifullina soprano
    Orchestre de chambre de Paris
    Lorenzo Viotti direction 

    Les Grandes Voix

    Le ténor star et la soprano qui monte : de La Belle Hélène à La Bohème, le beau duo traverse toutes les nuances du sentiment amoureux

    Bizet Carmen, ouverture
    Gounod « L’amour », « Je veux vivre », « Nuit d’hyménée », airs extraits de Roméo et Juliette
    Bizet Farandole, extraite de L’Arlésienne
    Massenet « Pourquoi me réveiller », air extrait de Werther
    Delibes Air des clochettes, extrait de Lakmé
    Offenbach « Au mont Ida », air extrait de La Belle Hélène
    Donizetti « Una parola Adina », « Una furtiva lagrima », airs extraits de L’Elixir d’amour, « So anch’io la virtù », Ouverture, extraits de Don Pasquale
    Puccini « Che gelida manina », « Quando men vo », « O soave fanciulla », airs extraits de La Bohème 

    On le salue pour son élégance, la virtuosité de sa technique, la beauté de ses aigus… Le ténor péruvien Juan Diego Flórez fit ses débuts à l’âge de vingt-trois ans au Festival Rossini de Pesaro, avant d’être acclamé sur toutes les grandes scènes internationales. 

    Les œuvres de Bellini et Donizetti sont au cœur de son répertoire, auquel il vient d’ajouter récemment, la musique française avec son impressionnante prise de rôle du Werther de Massenet ici-même en 2016. 

    Pour ce nouveau récital, il est rejoint par la jeune soprano russe Aida Garifullina. Formée en Allemagne et à Vienne, repérée à Londres en 2012 par Valery Gergiev, elle débute sa carrière au Mariinsky en Susanna des Noces de Figaro puis Gilda de Rigoletto et Adina de L’Elixir d’amour. 

    Depuis, son succès au concours Operalia et ses apparitions couronnées de succès à l’Opéra de Vienne où elle est actuellement en résidence, affolent la planète lyrique. Elle fera ses débuts à l’Opéra de Paris un mois avant ce récital dans le rôle-titre de Snegourotchka de Rimsky-Korsakov. La bien nommée Aida est définitivement entrée dans la cour des grandes.